Le rite musulman

Il existe plusieurs catégories de cérémonie funéraire. Selon la religion du défunt, on peut organiser les obsèques en respectant les rites funéraires : catholiques, juifs, musulmans, protestants, bouddhistes ou orthodoxes. Les agences funéraires sont également capables d’organiser des cérémonies civiles. Voici quelques renseignements sur les différents rites religieux.

Les rites funéraires catholiques

Les funérailles catholiques permettent de rendre hommage au défunt. Ses proches peuvent se réunir et prier pour le défunt. Directement après la constatation du décès, une veillée funéraire est célébrée au domicile du défunt. L’initiative de cette cérémonie se fait à la demande de la famille et de l’entourage de la personne décédée. Notons que cette tradition est de moins en moins respectée.

Selon les rites funéraires catholiques, 3 bénédictions peuvent être faites au cours de la cérémonie. La première a lieu avant la mise en bière par le prêtre, la seconde bénédiction à l’entrée du cercueil dans l’église par la famille et la troisième lors de la mise en terre.

Déroulement d’une cérémonie funèbre civile

Les cérémonies civiles personnalisées diffèrent les unes des autres. Pourtant, au cours de ces événements un certain nombre de temps forts sont constatés à chaque enterrement. Parmi les temps forts récurrents, citons le temps d’accueil utile pour nommer le défunt et le situer par rapport aux participants. Le temps de vocation est un moment où l’on résume les grandes lignes de son existence, on évoque sa passion, ses relations, ses engagements…

De nombreuses cérémonies civiles prévoient un temps pour écouter des musiques, lire des textes et poèmes. Le geste d’adieu consiste à redire l’affection que l’on ressent au défunt, ce geste signifie la séparation. La conclusion consiste à expliquer les derniers gestes que doivent accomplir les participants : présenter ses condoléances, signer un registre…

Rites funéraires musulmans et juifs

Le rite musulman présente plusieurs interdictions. Par exemple, le prophète interdit les femmes d’être présentes au cimetière le jour de l’enterrement. Selon la tradition, les femmes sont en retrait de quelques mètres le temps de la mise en terre puis viennent se recueillir lorsque le cercueil est recouvert.

Le service funèbre d’une cérémonie hébraïque doit être présidé par un rabbin. Lors de fois, il prononce l’éloge du défunt. Quand le cercueil est descendu dans la tombe, les proches jettent 3 pelletées de terre. Un membre de la famille récite le Kaddish qui est une prière à la gloire de Dieu. Pour extérioriser la tristesse, des juifs pratiquent le rite de la déchirure.