la cryogénisation

La crémation désigne l’action de brûler le corps des morts quant à l’inhumation, ce terme désigne la mise en terre d’un corps ou des cendres en ayant recours à des cérémonies d’usage. La crémation et l’inhumation sont les 2 uniques modèles autorisés en France. Dans certains pays, la cryogénisation est autorisée.

Qu’est-ce que l’inhumation ?

L’inhumation est la coutume la plus répandue pour célébrer des funérailles en France et à travers le monde. Cette étape pratiquée par la plupart des religions est très importante dans le travail de deuil grâce à son aspect symbolique. La mise en terre représente la cérémonie ultime d’adieu des proches au défunt. Cette pratique permet d’avoir un lieu physique qui symbolise la présence du défunt. Cet endroit est propice au recueillement.

Réalisée généralement dans un cimetière ou plus rarement dans une propriété privée, l’inhumation se déroule au moins 24 heures et au plus tard 6 jours après la constatation du décès. Lorsque le décès survient à l’étranger, le délai de 6 jours commence à l’entrée du corps en France.

En quoi consiste la crémation, l’incinération d’un corps

Actuellement, près de 30 % des funérailles sont d’une crémation. La France recense près de 200 crématoriums gérés par des communes ou des établissements privés agréés. La pratique de crémation est autorisée en fonction des dernières volontés écrites du défunt ou selon la volonté de la personne organisatrice de la cérémonie funéraire. Cette démarche n’est autorisée qu’à condition que le médecin chargé de constater le décès garantisse que la pratique ne présente aucun problème médico-légal.

La crémation, la technique funéraire qui consiste à brûler et réduire en cendres le corps d’un être humain se déroule dans un crématorium. Pour y parvenir, l’établissement spécialisé dans ce genre de pratique est équipé d’un four chauffé à près de 900°C.

Crémation ou inhumation : lequel choisir ?

Ce choix ne se pose pas si la personne a anticipé ses obsèques en apportant des précisions concernant l’organisation de ses funérailles. Dans ce cas, la famille n’a d’autre choix que de se plier aux dernières volontés du défunt. Si de son vivant, la personne décédée n’a apporté aucune décision concernant la nature de la cérémonie, le choix repose souvent sur les appréciations d’une personne intime.

Certaines personnes sont effrayées par l’idée du feu, tandis que d’autres ne le supportent pas l’idée que la dépouille soit descendue dans un caveau. La décision peut être très difficile à prendre. Notons toutefois que la crémation est plus économique que l’inhumation.